• 228 visits
  • 4 articles
  • 29 hearts
  • 13 comments

~ Chapitre 1 ~ 06/03/2015

  

 
 
Cara :

"Action ou vérité Cara ?" je la regardais amusée. Elle était tellement belle les cheveux attaché en queue avec sa mèche qu'elle replaçait sans cesse derrière son oreille. A chaque fois que je la voyais mon esprit s'embrouillait, un peu comme dans les films. Elle me souriait, je me demandait à quoi elle pensait, là, tout de suite. Est ce qu'elle pensait aux même choses que moi ? Est-ce que, moi aussi, je lui faisais cet effet ? J'en doute. Je ne lui avait jamais fait part de mes sentiments, c'était ma meilleure amie, je devais l'aimer en tant que telle, enfin, je suppose. "Hum action !" je lui ai fais un clin d'½il. "Embrasse moi." Mon c½ur c'était immédiatement emballé. J'avais cru d'abord, à une hallucination auditive, mais c'est en voyant que toutes les filles me regardaient avec insistances que j'ai compris que non, elle venait bien de me défier de l'embrasser. Mais, pourquoi ? Pourquoi Kat voudrait elle que je l'embrasse ? J'ai entendu les trois autres filles à côté qui avait lâchés en même temps un "ouuuuuuh" qui m'avais fais rire. J'avoue, j'ai hésité avant de l'embrasser parce que, je savais que si j'aimais ça, ça confirmerai ce que je pensais. Mais c'était le moment ou jamais de savoir si je l'aimai vraiment, si je pouvais, pour la première fois de ma vie, avoir des sentiments pour une fille. Ca me paraissait presque anormal qu'une fille puisse aimer une autre fille. On m'avait toujours élevé en m'apprenant que ce n'était pas naturel. Mes parents sont, ce qu'on peut appeler, homophobe. Alors je savais que si j'aimais Kat ce serait très compliqué. Il ne savait pas d'ailleurs qu'elle était bi, je ne leur avait jamais dis car je savais que leur regard changeraient sur elle. Je m'était mise à quatre pattes et elle aussi. Je pouvais sentir à cet instant les papillons dans mon ventre qui s'affolait à chaque fois que j'étais trop près d'elle ou qu'une partie de mon corps touchaient le siens. Elle était en face de moi, j'avance mes lèvres près des siennes...


"On se réveille mademoiselle Wailson ! Si vous voulez dormir rentrée chez vous !" La voix de mon professeur a retentit dans mes oreilles, mon sang n'a fais qu'un tour. Je me suis réveillé en sursaut et j'ai entendu les autres rires. "Désolé monsieur..." "Ce n'est pas parce que vous faites partie de nos meilleurs élèves que vous devez dormir pendant mon cour. La prochaine fois, vous êtes collée Cara." Je ne suis pas sur qu'il existe pire réveil sur terre. Je pourrais presque affirmée que mon visage est devenu aussi rouge qu'il est possible de l'être. Qu'elle honte... Heureusement pour moi, personne n'en tiendra rigueur parce que je suis Cara Wailson et que, personne n'ose défier Cara Wailson. C'est vrai, dis comme ça, ça fait hyper prétentieuse mais je suis considérée comme une 'populaire'. Ce statut on me l'a attribué quand j'ai commencé à fréquenter Harry Eastwood alias 'le mec dont tout le monde rêve'. Il est actuellement mon petit ami. Je ne sais pas pourquoi ni comment il a pu s'intéresser à moi mais je l'aime vraiment, et c'est réciproque. M. Shesterfield a reprit son cours. Mia m'a donnée un legé coup de coude pour attirer mon attention, "Tu fais quoi la nuit ?" elle m'a regardée en riant, "Toujours le même rêve..." elle a remarqué dans mon ton que j'étais sérieuse et elle a lâché un "oh" gênée. Ca fait près de deux semaine que je revis à travers mes rêves m'ont premier baiser avec Kat, et clairement, je déteste ça. Ca ravive des plaies en moi qui n'ont pas encore cicatrisées si puis-je dire. Du coup, je dors peu, parce qu'à chaque fois il se rêve se transforme en un cauchemar douloureux. Lorsque j'ai fini d'embrasser Kat je la voit s'éloigner de moi, et ne peux pas la rattraper, j'essaye vraiment, je cris, je cours, je l'appelle mais rien n'y fais. Je ne l'atteint jamais. Et je m'en veux de faire ce rêve, parce que, malgré que Kat soit une fille, ça reste une ex, et je ne devrais pas autant penser à elle alors que je suis en couple avec Harry. Il n'est pas au courant de le relation que j'ai eu avec Kat. enfin, si on peut appeler ça une relation, car "vivons cachés pour être heureux" j'ai jamais vraiment aimé, mais, je n'avais pas le choix, mes parents ne l'auraient jamais accepté. La sonnerie a retentit. Harry m'attend devant la porte, je l'ai embrassé. J'ai attrapé sa main et j'ai lié nos doigts. Mia nous a suivit. "Ta copine a dormit en cours !" "Traîtresse !" je lui ai donné un coup de coude et je lui ai lancé un faux regard mauvais qui l'a fait rire.
 

Pour rentrer chez moi c'est toujours la même routine, je dois prendre le car à 17h40, je met mes écouteurs, monte le son à fond et je regarde la route pendant une demi heure. J'ai toujours adoré écouter de la musique pendant les trajets en voiture, je ne sais pas pourquoi mais ça me détend. Je me concentre sur la musique et je fais abstraction du reste, de tout ce qui m'entoure. J'ai l'air d'une de ses filles dans les films américains qui dépriment en regardant le paysage défilé, mais, honnêtement, je m'en fou. Après je dois marcher 20 minutes pour (enfin) arriver chez moi.
Je suis descendu du car, j'ai mal aux pieds, j'aurais du laisser tomber les chaussures à talons pour aujourd'hui... J'ai marché machinalement vers ma maison sans vraiment regarder devant moi, toujours avec mes écouteurs.





J'avais approchée mon visage de celui de Kat et je l'avais embrassé. Cette sensation de papillons dans mon ventre était multiplié par... 1000, au moins. Je n'avais jamais ressentit ça avant, j'étais déjà tomber amoureuse, une fois, d'un gars qui n'avait jamais voulu de quelque chose de sérieux. Il c'était juste amusé avec moi, mais je n'y  avais rien vu. Quoi qu'il en soit, je n'avais jamais ressentit ça avec lui. Quand j'avais embrassée Kat c'était... différent, ouais, différent c'est le mot. Tout était différent avec Kat, tous était plus beau, les sensations était doublés. Kat rendait mon monde plus beau et, dieu sait que j'en avait besoin. Mes yeux était plongés dans les siens, je l'embrassé et... j'aimai vraiment ça. Les filles applaudissaient en riant. Elle c'était écartée de moi pour mettre fin à notre baiser au bout de 30 secondes, ou 2 minutes, je ne sais pas et je m'en fichai.

 


Je me suis reçus une énorme flaque d'eau en plein visage, une voiture qui roulait trop vite venait de rouler dans une flaque et m'avait éclaboussé. Pendant un instant j'ai eu l'impression de voir Kat à l'intérieur. Je dois rêver, elle est partit et elle est loin. Pourquoi reviendrait-elle ? Je me suis frotté les yeux (dont mon maquillage coulés à cause de l'eau) et j'ai regardé la voiture disparaître. Arrivé chez moi je suis monté en courant dans la salle de bain pour me changer. Si il y a bien un truc que je déteste c'est avec mes vêtements mouillés, c'est pour ça que l'été, je suis la seule qui reste sur le côté quand les gens font des batailles d'eau. Solitude. J'ai mis un jogging et un tee-shirt qu'Harry m'a laissé et je suis descendu. Il n'y avait personne dans la salle à manger alors j'ai été dans la cuisiné.
 Je suis approché du frigo et y  ai découvert un mot "Désolé ma chérie on a un dîner d'affaire avec ton père, on rentrera tard ne nous attends pas. Tu peux appeler commander à manger. Bonne nuit." Toujours la même histoire. Je sais bien que si ils ne travaillaient pas aussi dur je n'aurais pas tous ce luxe mais je n'en veux pas de tous ça. Je veux juste mes parents. Si je les écoutais je suivrai des cours par correspondance ou je serais dans un de ces lycées privés pour les gosses de riches. Je ne sais même pas qu'elle est le travail de mes parents. Je me suis installé devant l'écran plat géant qui me tenait compagnie tous les soirs depuis quelques temps déjà, et j'ai regardé les chaines de dessins animés en mangeant des céréales. La soirée typique d'une fille comme moi, dont les parents travaillent jours et nuits.

                                                                                       . . .



Je me suis réveillée, allongée sur le canapé. 8h30, je suis -complètement- à la bourre ! Je me lève affolée, j'attrape des vêtements dans mon armoire, tente d'arranger mon maquillage et je fais mon sac. Obligé d'appeler un taxi parce que je n'ai pas mon permis et donc pas de voiture. Je déteste arrivé en retard. Vous savez, ce moment où vous rentrés dans la classe et que tout le monde vous dévisage ? Et bien je déteste ça. J'ai toujours été timide, même si Kat m'avait beaucoup aidé en ce qui concerne ma timidité. Avant Harry, personne je savais qui j'étais. Kat elle, tout le monde la connaissait. Elle n'était pas ce qu'on peut appeler une fille populaire mais personne ne l'embêté parce qu'elle avait du caractère et beaucoup -beaucoup- de répartie. Si quelqu'un lui lançait un pique, elle renvoyait un canon qui achevait direct. Je suis arrivé au lycée et je suis passé par la vie scolaire où m'ont dit de ne pas aller en cours pour cette heure là car il ne restait que 10 minutes avant que ça sonne. J'ai attendu devant la salle de mathématique que ma classe arrive. J'ai vu Mia arrivée presque en courant vers moi, j'ai souris, elle s'inquiète toujours quand je ne suis pas là et je trouve ça adorable.
 "Désolé j'ai oublié de mettre mon ré-" "Kat... Kat est revenue..." J'ai senti ma respiration s'accélérée et les larmes me monter aux yeux. Kat ? Ce n'est pas possible, après deux ans d'absence elle serait revenu ? Le sentiment que j'ai ressenti à ce moment présent est -complètement- indescriptible. Après tout ce temps sans lui avoir donner de nouvelles, elle devait me détester. Mia m'a regardé et j'ai vu qu'elle attendait une réaction de ma part mais je n'y arrivait pas. Je suis resté comme figé, aucun mots ne sortait de ma bouche. J'ai eu beau essayer mais c'était plus fort que moi. C'était comme le jour où elle m'a annoncé qu'elle partait vivre à Londres avec sa famille. "Où elle est ?" ma voix c'est brisée, c'est la seule phrase que j'ai réussi à articulé. Les larmes coulaient toutes seules sur mes joues. Kat a toujours été comme une partie de moi, avant même qu'on ne sortent ensemble, elle et moi ça a toujours été comme une évidence et son départ m'avait vraiment fait mal. J'espérai vraiment qu'elle revienne un jour mais j'avais arrêté d'y croire depuis longtemps. "Derrière toi..." J'ai essuyé mes larmes et je me suis me retourné. Elle était magnifique, comme elle l'a toujours été. Ses cheveux avait poussés et était légèrement ondulés. Elle n'avait plus son tye and die rose, dommage, elle était adorable avec. Elle avait d'énormes cernes et avait beaucoup maigrit, je me suis demandé si elle allait bien et, tout de suite, je me suis inquiété pour elle. J'ai eu envie de courir vers elle, de lui dire à qu'elle point elle m'avait manqué et je que j'étais désolé mais mes jambes sont restées figés, je crois même qu'elles tremblait. Puis j'ai remarqué que l'énorme boule dans ma gorge qui était apparut quand Mia avait parlé de Kat m'empêchait de respirer convenablement. Mia m'a attrapé la main, "Cara, ça va ? Vient il faut aller en cours." Je n'avais même pas entendu la sonnerie. J'ai essuyé mes larmes et secoué la tête en espérant que ça m'aiderait à retrouver des idées clairs.



                                                                                  . . .


Kat ne m'avait pas regardé une seule fois durant l'heure de cours, comme si je n'existais pas, comme si elle n'avait même pas remarqué ma présence. Comme si elle m'avait complètement oublié... Mais je sais que c'est faux, pas après tout ce qu'on a vécu.

 
 

~ Chapitre 2 ~ 11/03/2015


~ Chapitre 2 ~
~ Chapitre 2 ~

 

Je me souviens de ce pont à côté de la mer où on se retrouvait souvent. Il était isolé, inconnu des autres, un peu comme nous quoi. -Ok je viens vraiment de nous comparer à un pont ?- Je ne sais plus comment on l'avais découvert, ça date un peu. Je crois qu'on l'avais trouvés par hasard, en se promenant un après midi. L'été on y picniqués, on passés des après-midi entiers à parler allonger sur une couverture, à écouter de la musique, à chanter, à rire, à sauter dans la mer. L'hiver on se baladés, on faisait des batailles de neige -elle se faisait toujours battre alors elle revenait vers moi, avec sa tête de 's'il te plaît fait moi un câlin' et je craquais. Ça fait partit de mes meilleurs souvenirs avec elle. Une fois, en été, on faisait un pic nic sur le pont - c'était une des premières fois où on se retrouvait ici- et d'un coup, elle c'est levée, a regardé la mer et elle s'est mise en sous vêtements. Elle c'est retournée et m'a sourit, ce genre de sourire qui ne laisse rien présager de bon. Elle m'a regardée et m'a dit "Allez à ton tour maintenant !". J'avais protesté, j'étais trop pudique, même devant elle. C'est ridicule, ok, mais je sais pas... j'ai toujours plus ou moins été comme ça. Mais elle a rit et m'a suppliée de le faire, comme je refusée toujours elle c'est assise à côté de moi, elle a attrapé ma main et elle a commencé à l'embrasser, puis elle a remonter mon bras jusqu'à atteindre mes lèvres. "Et maintenant ? T'as pas envie ? Même pas un petit peu...?" elle m'a fait une petite moue triste, alors j'ai cédé. "J'te déteste." "Je sais très bien que non." elle a rit puis elle a prit ma main, comptée jusqu'à trois et on a sautées dans la mer. C'était... magique -je vous l'accorde, c'es très niait mais, je m'en fiche totalement. J'avoue que j'ai eu vraiment peur, je suis une trouillarde, littéralement, mais je ne regrette pas.  Je crois que je peux affirmé que Kat est presque l'opposée de moi, mais les opposés s'attirent non ? Je crois que c'est ça qui faisait que ça marchait autant entre nous, elle remplaçait une partie de moi, celle qui ne s'aime pas et qui n'a pas confiance en elle. Une fois dans l'eau elle avait rit, elle était tellement belle. Je l'ai regardé et je crois que c'est là que j'ai compris que je ne pourrais jamais me passer de l'entendre rire et de regarder ses fossettes.
Je sais qu'on ne retrouvera certainement jamais cette complicité mais j'aimerais vraiment qu'on essayent, mais comment ? Ça fait une semaine qu'elle est revenu, on est dans la même classe et on ne s'est même pas adressé une seule fois la parole.  Elle ne m'a même pas regardé une seule fois, ou alors elle est vraiment très discrète. Je me demande comment je pourrais engager la conversation, ça fait deux ans que j'ai arrêté de lui donner des nouvelles, d'un coup, sans la prévenir. Je ne peux pas revenir comme ça et lui demander comment ça va... Enfin si, je pourrais, mais la connaissant ce ne serait pas aussi simple. Alors je réfléchit et réfléchit à ce que je pourrais bien faire ou dire mais rien ne me vient, c'est l'impasse. Je crois que ce qui me manques en fait c'est du courage. C'est ça, il me manque du courage. Je ne pourrais pas supporter qu'elle me rejette, ce serait comme la perdre une deuxième fois. Alors je préfère attendre un peu, j'irais la voir, quand j'en aurais le courage.




Ce soir j'ai rendez-vous avec Harry, c'est nos un an et on va au restaurant. Je l'aime tellement, il est génial. Je pensais pas que ce serait aussi sérieux entre lui et moi, j'veux dire, un an quoi, c'est pas rien. Pour l'occasion j'ai mis une robe blanche avec des chaussures à talons aiguilles et un bandeau autour de la tête. C'est plutôt simple mais c'est ce qu'il aime le plus chez moi, ma simplicité -enfin, c'est ce qu'il m'a dit. J'essaye vraiment d'être quelqu'un de bien, le genre de personne qui ne se posent pas des centaines de questions pour tout et rien, qui se contente de vivre sa vie à fond; et honnêtement je trouve que j'ai plutôt bien progressé dans ce domaine. Disons que Kat à eu une -très- bonne influence sur moi. Je reste quand même assez responsable, avec les parents que j'ai je n'ai pas le choix... A la moindre erreur je "déshonneur la famille". J'attends Harry. Il est 20h il devrait bientôt arriver, il n'est jamais en retard, c'est une de ses nombreuses qualités. J'ai eu tellement de chance de tomber sur lui, il m'a aider à garder le morale quand Kat est partie. Lui et Mia m'ont été d'un soutient sans faille. Je suis assise dans la cuisine, je mange une pomme histoire de me remplir l'estomac pour ne pas manger trop au restaurant. Je ne veux pas avoir l'air d'une fille qui n'a pas mangée depuis une semaine -même si depuis le temps Harry me connaît bien. J'entends qu'on sonne à la porte, j'ouvre et je le vois, adossé au mur avec son sourire qui me fait tellement craquer et qui laisse apparaître ses fossettes. Il tient un bouquet de roses rouges avec un polaroïd à l'intérieur. Il me le tend et m'embrasse la main, "Joyeux un an mon amour" je souris et je l'embrasse à mon tour. Harry est le romantisme à l'état pure, une vraie guimauve. Je ferme la porte et devant ma maison je découvre une limousine, habituellement je n'aime pas voyager en limousine, -j'ai l'impression d'étaler mon argent au yeux du monde- mais cette fois c'est différent, c'est nos un an, ça se fête non ? Il m'ouvre la porte et me fait signe de monter "Merci beau gosse" je lui fais un clin d'½il et il rit.

~ Chapitre 2 ~


Le restaurant n'est qu'à 30 minutes de chez moi. Il a réservé avant de venir alors on s'installe directement, c'est un restaurant très chic. Son père est avocat donc tout ce luxe n'est pas un problème pour lui. "Harry Edward Eastwood vous êtes complètement fou." "fou de vous." je lâche un soupire et rit. "Ça te plaît ?" "C'est génial, merci beaucoup." Le repas c'est très bien dérouler, à part la serveuse qui lui faisait -trop- souvent de l'½il à mon goût. Si j'avais pu je l'aurais remise à sa place mais je n'allais pas tout gâcher. Et comme si ça ne suffisait pas ma jalousie fait rire Harry il trouve ça "vraiment trop adorable". T'sss. Après avoir mangés on est allés au cinéma voir 50 nuances de Grey, ok, bizarre me direz vous pour fêter nos un an mais je voulais voir se film. D'ailleurs j'ai adoré, c'est pas vraiment le genre de film qu'aime Harry, il est trop... fragile. Il déteste que j'utilise ce mot pour le décrire il croise les bras et fais la moue comme un enfant de trois ans pourrait le faire. Mais j'aime ce trait de sa personnalité, ça lui donne un côté sensible qui contraste avec son apparence "beau ténébreux mystérieux". En réalité il est tout le contraire de ce que son image renvoie de lui. Il passe sa vie à avoir peur de me perdre mais je l'aime trop pour ça. Je ne pourrais pas vivre sans ses yeux vert, ses fossettes et ses boucles. C'est grâce à lui que je n'ai pas sombré après le départ de Kat, même si il ne connait pas les vraies raisons qui fait que j'étais aussi triste. Il pense que c'était simplement ma meilleure amie mais elle était tellement plus... Je ne pense pas lui parler un jour de ma relation avec Kat, je ne veux pas qu'il me voit différemment parce que je suis sortie avec une fille. Je sais, c'est complètement débile parce que c'est mon copain et qu'il doit m'accepté comme je suis mais, voilà... Je n'ai pas envie qu'il pense que je suis bi et qu'il commence à s'inquiéter dès qu'une fille s'approche un peu trop près de moi -parce qu'il en serait capable-. Je ne suis pas bi, on à tous notre "exception" sur terre, et la mienne, c'était Kat. 
On attend devant le cinéma que le taxi qu'on à appelé il y a dix -longues- minutes arrive. J'avoue, j'ai demandé à Harry de laisser tomber la limousine pour le cinéma parce que ça me gênée.

- Je t'en ai pas parlé pour pas gâcher la soirée mais... J'ai vu que Kat était de retour. Je l'ai regardé et lui ai fait un sourire pas très convaincant.
- Oui...
- Elle a beaucoup changé, physiquement en tous cas... Harry n'avais vu Kat que très peu. On ne s'est connu que quelques semaines avant le départ de Kat. 
- Oui elle a beaucoup maigrit, je m'inquiète pour elle. C'est vrai que Kat à beaucoup maigrit et les cernes qui creusées son visage toute la semaine m'inquiétées... Mais je ne peux pas revenir comme ça et lui dire "hey je m'inquiète pour toi, comment tu vas depuis ses deux ans où j'ai arrêté de te donner tout signes de vie ?" complètement pathétique...
- Pourquoi tu ne vas pas la voir ?
- C'est compliqué Harry.

Il m'a regardé, intrigué. J'ai bien vu qu'il ne comprenait pas mais si il y a bien un sujet que j'aimerais éviter avec lui, c'est celui là. Il allait répliqué mais le taxi est -enfin- arrivé. Une fois à l'intérieur un silence s'est installé et il est devenu de plus en plus pesant. J'ai cherché un sujet de conversation mais Harry m'a prit de cour. "C'est quoi le problème avec Kat ?" Il ne lâche vraiment pas l'affaire. Pourquoi il insiste ? J'ai absolument pas envie d'en parler. C'est du passé, je suis avec lui maintenant, ça fait un an qu'on est ensemble et tout ce passe très bien. Je ne veux pas que le retour de Kat change quoi que ce soit. Je sais que j'ai vraiment besoin de lui parler pour passer définitivement à autre chose mais j'ai peur que ça ne fasse que m'embrouiller d'avantage ou tout simplement de ce qu'elle pourrait penser de moi. "Harry..." "C'est vrai quoi, avant vous étiez les meilleures amies du monde ! Qu'est ce qu'il s'est passé depuis ?" "Ca fait deux ans Harry, les gens changent." Et je crois que cette réponse lui a suffit plus qu'il a simplement hoché la tête. Il a posés sa main sur la mienne comme pour dire "je suis toujours là moi".
Une fois que le taxi m'est déposé chez moi j'ai dit au revoir à Harry et je suis aller me coucher.
 

                                                                                                   
 
Aujourd'hui on est dimanche, le jour du brunch habituel, celui où mes parents font en sorte que tout soit parfait pour montrer à tout le monde que leur vie est bien mieux que celle des autres. Je détesterai presque ce jour, faire un sourire hypocrite à tous ses gens alors que je n'en connais pas la moitié. Et puis je ne vois pas l'intérêt de se faire passer pour une famille parfaite. J'veux dire, qu'est ce que ça leur apportent ? Ils devraient surtout s'occuper de faire en sorte que leur famille soit heureuse plutôt que faire croire qu'elle l'est. Parce que moi, je ne suis pas heureuse, notre famille ne ressemble tout simplement pas à une famille. J'aime mes parents mais... ils ne sont jamais là. Et c'est dur pour moi. Heureusement que Mia vient avec ses parents à tous nos brunch parce que je crois que j'aurais déjà tout envoyer ailleurs depuis longtemps. Mia est ma meilleure amie depuis quelques temps déjà, elle me connaît par c½ur. Ce qui me rends heureuse, ce qui me rend triste, ce qui m'énerve, elle sait tout les détails insignifiants de ma vie. Elle sait que le matin je me lève à 6h, elle sait que je n'aime pas les films d'horreur, elle sait que j'aime le café. J'ai vu Mia arriver, je l'ai admirée et... elle est magnifique, comme toujours. "Cara !" elle est arrivé vers moi en courant et je suis presque tombée quand elle c'est jetée dans mes bras. "Du calme Mia, on s'est vu il y à peine deux jours." j'ai étouffé un rire. "Mais il peut se passer tellement de choses en deux jours !" Cette fille est horriblement attachante, j'ai beaucoup de chance de l'avoir comme meilleure amie. Elle est toujours de bonne humeur, elle dit souvent n'importe quoi mais c'est ce qui me fait rire. "Je suis vraiment pas d'humeur à faire un brunch aujourd'hui ou à entendre mes parents faire mon éloge pour la millième fois au près de leurs 'amis'..." Elle m'a regardée avec un sourire en coin qui me laisse deviner qu'elle à quelque chose en tête. "Et si on faisait comme quand on étaient petites ?" "Tu veux dire... Non t'es folle on a passé l'âge."  "Dit plutôt que t'as peur ouais."  Elle m'a fait un clin d'½il. "Ok prépare toi ma petite, j'suis en forme. "


J'ai pris sa main et je l'ai entraîné dans la forêt qui se trouve derrière ma maison. On a escaladé deux ou trois barrières - avec difficultés parce qu'on est plus aussi agiles qu'avant- en essayant de ne pas abimer nos vêtement parce que, on est pas suicidèrent quand même. Si il y a la moindre tâche ou le moindre troue sur nos robes on se fera littéralement tuer par nos mères parce que "ce sont des vêtements de créateurs qui doivent être portés avec élégances" blah blah blah. On est arrivées devant un champ. J'ai enlevé mes escarpins et Mia a fait de même. Je crois vraiment que je ne m'habituerai jamais à ses chaussures, c'est une vraie torture ! Je ne suis décidemment pas faite pour la vie de 'riche', les galas tout ça, c'est vraiment pas fais pour moi. Des fois je me demande si mes parents n'auraient pas préférés avoir une autre fille. Kat m'enviait toujours. Elle disait que je n'avais pas conscience de la vie superbe que je menais. Elle aurait rêvé d'échanger sa vie avec la mienne, et parfois, moi aussi. Elle vivait simplement, ses parents gagnés un salaire moyens et moi, j'avais juste à claquer des doigts pour avoir ce que je voulais. C'est tellement injuste. Mais au moins, elle voyait ses parents tous les jours, et j'aurais donné n'importe quoi pour avoir ça moi aussi. C'est la voix de Mia qui m'a ramenée à moi. "Prête boucle d'or ?" j'ai souris, elle m'appelle souvent comme ça parce que je suis curieuse et que j'ai les cheveux blonds. "Prête." Mia a attrapée ma main et a compté jusqu'à trois. Puis on s'est mises à courir, vite, très vite. Le vent nous soufflés dans les cheveux et cette sensation de liberté était génial. Quand on était petite on faisait souvent ça. Pendant le repas on se regardait, on se faisait un signe de la main et on passés sous la table pour partir en courant. On se prenait pour des "hors la loi", on échappait à toutes ses conversations d'adultes aux quelles ont ne comprenaient rien et on n'avait pas à regardés tous ces gens se faire des sourires plus hypocrites les uns que les autres. D'un coup Mia c'est arrêté et on est tombé par terre en riant. "C'est bien mieux qu'un brunch !" Elle a attrapé une brindille et a commencée à me chatouiller avec. Je dé-tes-te ça. Je l'ai prise et je l'ai lancée derrière moi, "Hey ! Ma brindille !" J'ai rigolé et je me suis tournée pour l'écraser avec mon corps.

On s'est décidé à rentrer au bout d'une heure -si ce n'est pas plus- après avoir parlés de tout et de rien, allongées au milieu du champ. Les parents de Mia l'attendaient, elle n'a même pas eu le temps d'ouvrir la bouche qu'ils ont commencé à lui faire la morale et je savais que mon tour viendrait dans très peu de temps.
- Tu penses pourvoir faire tout ce que tu veux Mia ? Tu n'as que 17 ans alors tu nous écoutes et tu ne disparaît pas au milieu d'un brunch ! Qu'elle honte les gens nous demandaient où tu étais et on était incapable de répondre...
Sa mère à dit cette phrase comme si c'était la pire chose qui pouvais leur arrivés. Mia a soupiré et a levée les yeux au ciel.
- Pareil pour toi Cara ! Il y a des règles à respecter ici.
Voilà mon tour. Etrangement mes parents n'ont rien rajoutés et se sont contentés d'un "désolé" pas très convaincant.

Le dimanche soir est un des rares moments où je me retrouve seule avec mes parents, ils n'ont jamais le temps de manger avec moi. Du coup j'essaye d'en profiter un maximum. Un silence demeurait depuis le début du repas. J'ai cherché ce que je pouvais dire puis c'est sortit tout seul.
- Kat est revenu, elle est dans ma classe.
- Ah oui ? Comment va-t-elle ?
- Je ne sais pas vraiment, j'ai pas osé lui reparler depuis sont retour.
- Mais pourquoi ? Vous étiez si proches toutes les deux.
Et c'est là que j'ai regretté ce que j'avais dis. J'aurais du chercher un autre sujet de conversation.
- Tu sais maman que c'est plus compliqué que ça, je peux pas revenir après l'avoir abandonnée deux ans...
Elle m'a regardé, j'ai vu qu'elle ne savait pas quoi répondre parce que, c'est en partie de sa faute mais je sais qu'elle pensait que tout ce qu'elle avait fait c'était pour me protéger. J'ai vraiment mal vécu le départ de Kat et mes parents ne comprenait pas pourquoi alors un jour j'ai craqué, je leur ai tout dit sur ce que je ressentait pour elle, sur notre relation. Ils ont eu beaucoup de mal avec ça, tellement qu'ils m'avait interdit de lui reparler. J'ai été privée de tout les moyens que je pouvais utiliser pour lui parler. Une réaction excessive vous direz, mais vous n'imaginez pas la honte que cela aurait été pour mes parents si quelqu'un découvrait que leur petite fille chérie était en couple avec une fille. C'est après quelques mois qu'ils ont finalement réalisés que c'était complètement débile de faire ça, mais c'était trop tard. Kat m'avait déjà envoyée des centaines de messages, d'abord inquiets, puis inondés de rage. Elle disait qu'elle ne voulait plus jamais me parler, qu'il ne fallait pas que j'essaye de reprendre contact avec elle et ça m'a tellement blessé que c'est ce que j'ai fais. C'est la pire décision que je pouvais prendre plus qu'il était claire que tout ce que voulais Kat, c'était que je fasse tout pour regagner sa confiance. Et en repensant à tout ça j'ai sentit que les larmes me montés aux yeux alors j'ai préféré détourner la conversation.
- Vous savez, c'était mes un an avec Harry hier.
- Ah oui déjà ?! C'est génial vous formez un si beau couple.
- Tu es heureuse avec lui ?
J'ai ri parce que mon père m'a posé cette question avec son ton de "super papa protecteur".
- Très, je suis très heureuse avec lui.
Il m'a sourit.
- Alors tant mieux !
Je sais que mes parents ont fait des erreurs, mais il faut avouer que je ne suis pas la fille idéale pour eux et que tout ce qu'ils veulent c'est me protéger.

Cette nuit je ne trouve pas le sommeil. J'arrête pas de penser à Kat et je me sens coupable vis à vis d'Harry parce que c'est mon petit ami maintenant alors même si ma relation avec Kat était... spéciale, ça reste une ex et ce n'est pas juste pour lui que je pense autant à elle. Je ne veux pas lui faire de mal, Harry fait partit de ses personnes incroyables qui méritent tout le bonheur du monde. C'est vraiment quelqu'un de bien et, sans prétention, je sais qu'il ferait tout pour moi. Et je veux pouvoir en faire autant pour lui. C'est décidé, il faut que je parle à Kat pour pouvoir l'oublier définitivement et me concentrer sur ma relation avec Harry.

~ Chapitre 2 ~


                                         ~Le polaroïd qu'Harry a glissé dans le bouquet de roses.~

                  "Nous sommes tombés amoureux comme on s'endors : lentement, puis tout à coup."


~ Chapitre 3 ~ 22/04/2015

~ Chapitre 3 ~
~ Chapitre 3 ~











 
  
Cara :
 
... et c'est pour ça que je pense qu'on devrait interdire les cours de sport." Je crois que Mia vient de me parler mais je suis perdu dans mes pensées, j'ai la tête rivé sur le contenu de mon assiette depuis au moins dix minutes et je joue avec ma fourchette. "Eh oh Cara revient sur Terre !" Elle claque des doigts devant mon visage et ça me ramène à moi. "Désolé Mia j'étais ailleurs..." "Je vois ça ! Je suis sure que tu n'as pas écouté un mot de ce que je dis depuis tout à l'heure. Qu'est ce qu'il y a ?" "Kat n'étais pas en maths tout à l'heure, c'est bizarre..." Je souffle en continuant de jouer avec ma fourchette. "Elle a peut-être séché." "Non Mia, c'est pas son genre elle-" "Qu'est ce que tu connais de 'son genre' ? Ca fait deux ans que vous ne vous êtes pas vu. Tu t'ai pas dis qu'elle avait changé depuis tout se temps ?" Et wow, je n'ai rien à répondre parce qu'elle a complétement raison et ça fait mal de l'admettre. Elle vient de toucher un point sensible. C'est vrai qu'avant je connaissais tout, absolument tout de Kat. Mais en deux ans les gens changent, et Kat ne fait certainement pas exception à la règle... Ca n'empêche pas que je m'inquiète, je suis comme ça, je ne peux pas m'en empêcher. Je m'inquiète constamment pour les gens que j'aime, même ceux à qui je n'ai pas parlé depuis deux ans. J'aimerais simplement la voir là tout de suite pour être sure qu'elle va bien. Après tout, pourquoi je m'inquiète ? Elle est peut être juste malade. Oui ça doit être ça. Pourquoi je vois toujours le pire, n'importe qui peut attraper un rhume et ne pas venir en cours pour ça alors pourquoi pas elle ? Je secoue la tête comme pour faire sortir toutes ses pensées négatives de mon esprit et tente de me concentrer sur ce que me raconte Mia. "Tiens regarde là bas c'est pas elle ? Tu vois tu t'inquiétés pour rien !" Je me retourne et en voyant Kat avec son plateau en train de marcher, je ne peux m'empêcher d'esquisser un sourire. Elle est là, elle va bien, et je me suis encore inquiété pour rien. Ca veut dire qu'elle sèche les cours alors ? Oh. Vaut mieux ça qu'autre chose, non ? J'veux dire, ça pourrait être pire... Mais elle a vraiment changée alors. C'est un bruit violent qui me sort de mes pensées. Je sursaute et je me retourne pour voir qu'elle est l'origine du bruit et... c'est Kat. Elle est là, debout, son plateau à ses pieds avec une fille qui lui cri dessus. "Tu pouvais pas faire attention ! T'as mis de la bouffe partout sur mes vêtements ! Regarde moi quand je te parle !" Je ne comprend pas la violence de cette fille et pourquoi Kat ne réagit pas. Elle a la tête baissé et elle subit la situation, elle attend que ça passe, je ne la reconnaît pas. La Kat que je connaissais était totalement différente. Elle était sur d'elle, elle ne laissait personne lui manquer de respect. Cette fille ce n'est pas Kat. J'ai envie d'aller la voir, de lui crier de dire quelque chose, de ne pas se laisser faire mais j'ai peur. Je ne sais pas quoi faire. Je ne sais pas quoi faire car cette fille est Haylai Brooks, personne ne lui cherche des ennuis, elle aussi c'est une 'populaire' et je crois que je suis devenu aussi superficielle qu'elle. Pourquoi ? Parce que je n'ose même pas me lever pour aller défendre Kat par peur du regard des autres et que ça change mon image. A cet instant j'ai horriblement honte et je me déteste. Haylai la bouscule violement avant de lui dire "Espèce de lâche, même pas capable de te défendre." puis rien. Kat ne répond pas et se contente de se baisser lentement pour ramasser son plateau et son contenu. Tout le monde a repris son activité. Je me lève et je décide d'aller l'aider, c'est tout ce que je peux faire parce que je ne suis qu'une lâche, une lâche qui n'a pas su la défendre alors qu'elle aurait eu besoin de moi. Ce n'est certainement pas les meilleures retrouvailles que j'aurais pu espérer pour nous deux mais, tant pis. Je dois l'aider, même si j'aurais franchement pu faire en mieux en matière d'aide... Je m'approche d'elle et je me baisse à sa hauteur pour l'aider à ramasser ce qui est tombée. Depuis sont retour je ne l'ai jamais vu d'aussi près, seul quelques centimètres nous sépare. Elle m'adresse un timide merci et quand son regard croise le miens et qu'elle reconnaît qui je suis, elle me dit quelque chose que je ne comprend pas "Cara je suis désolé je... Je te promet que je n'embêterai plus ton amie mais s'il te plaît ne fait pas de ma vie un enfer comme toutes ses filles...." Elle ne me regarde pas dans les yeux, comme si je lui faisais peur. Je la regarde, abasourdie par ce que je viens d'entendre. Quoi ? Comme toutes ses filles ? Faire de sa vie un enfer ? Haylai mon amie ? -oui bon plus ou moins. Je ne vois absolument pas ce qu'elle veut dire, pour quoi je voudrais faire de sa vie un enfer ? Je ne comprends vraiment pas et je ne sais pas comment je dois réagir. Je remarque que mes jambes trembles, je suis resté trop longtemps à genoux. Je me lève et j'essaye de trouver une réponse et une explication logique à ce qu'il vient de se passer. "Enfin Kat mais pourquoi je ferais ça je-" "Je dois y aller." Elle ne m'a pas laissé le temps de finir ma phrase qu'elle a déposé son plateau sur le tapis roulant et qu'elle s'est éloignée à toute vitesse. Je l'ai regardée partir, impuissante, incapable de prononcer le moindre mots, incapable de bouger. Je sais que ce n'est pas la peine de lui courir après et de lui demander des explications, je connais Kat, il faut lui laisser le temps de parler. Qu'est ce que je raconte ? Je connaissais Kat, mais maintenant, c'est quelqu'un de totalement différent que j'avais en face de moi. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé à Londres mais je n'aime pas vraiment la nouvelle Kat. Et surtout, je ne comprends pas.





Je n'ai pas arrêté de penser à ce qu'il c'était passé le midi. J'ai réfléchi, j'ai tout repassé en boucle et je ne vois pas ce que j'ai pu faire pour que Kat me dise ça. J'essaye de chasser tout ça de ma tête, ce soir, j'ai d'autre préoccupations. C'est la soirée de Mia, comme tous les ans depuis trois ans, elle organise un bal masquée. J'adore cette soirée, tout ses gens qui portent des masques, on peut devenir qui ont veut, et tout le monde est invités. J'allume mon ordinateur et sélectionne une musique que je mes à fond. If I loose myself tonight de One Republic, j'aime beaucoup cette chanson. Je chante -ou plutôt je cris- et je danse dans ma chambre. Heureusement que mes parents ne sont pas là. C'est la première soirée masquée que je fais avec Harry et je veux que ce soit parfait alors je passe des heures et des heures à me préparer. Habituellement j'y allé avec Mia. On adorait ses soirée parce que, cachées derrières nos masques, personne ne savaient qui ont été et on pouvait enfin être nous même. On pouvait se comporter l'une avec l'autre comme on le voulait plus que personnes ne savaient qui ont été. On étaient libres de s'aimer et le montrer sans jugements. J'enfile mon masque et ma couronne de fleurs et j'attends que Mia vienne me chercher. Ce n'est pas Harry qui m'y emmène car on a décidé d'essayer de se trouver durant la soirée. Aucun de nous deux ne sait comment sera habillés l'autre, j'espère le trouver avant la fin de la soirée quand même. J'entend quelqu'un klaxonné devant chez moi, j'en déduis que Mia est arrivée. J'attrape mon sac, ferme la porte à clés et je m'engouffre dans la voiture. "Wow mais t'es magnifique Cara !" elle me donne un coup d'épaule et rit "Pas autant que toi." elle me sourit et démarre la voiture. Je la regarde dans les moindres détails. Elle est superbe. Ses long cheveux bouclés retombe sur sa robe noire, elle a mit des escarpins -pas très pratique pour conduire. Elle m'a donné son masque pour pouvoir conduire. C'est un masque noir avec des sortes d'oreilles de loup qui la représente bien. Ce côté sauvage, c'est tout elle. Elle allume la radio et monte le son, mais pas trop fort, juste une musique d'ambiance. "Tu ne compte pas me raconter ce qu'il s'est passé se midi." je sors de mes pensées et je la regarde. "Moi même je ne sais pas ce qu'il s'est passé." elle fronce les sourcils mais continue de regarder la route, "Comment ça tu ne sais pas ce qu'il s'est passé ? Fait pas la mystérieuse, tu sais que tu peux tout me dire." Je prend une inspiration, "elle m'a demandé de ne pas faire de sa vie un enfer" Mia se retourne vers moi, les yeux grands ouvert "Mia regarde la route !" elle se retourne et soupire, "Mais pourquoi elle t'as dis ça ?" "J'en ai aucune idée..." Le reste du trajet s'est fais en silence. Mia n'a pas cherché à en savoir plus et heureusement car je ne sais vraiment pas si j'aurais eu le courage de continuer d'en parler. Je vais vraiment oublier ça pour le moment. On arrive chez Mia une demi heure avant tout le monde, histoire de vérifier que tout est près. Je rentre et... wow. C'est magnifique. Un grand tapis noire jonchés de plumes recouvre la totalité du sol. Quelques masques sont fixés sur les murs et des grands rideaux sombres plongent la pièces dans un noir presque totale. Des draps blancs sont accrochés au plafond ainsi que des ballons en forme de coeurs. Le buffet est installé au fond de la grande salle ainsi que le matériel pour la musique. "Alors ? T'en pense quoi ?" elle me fait un grand sourire et je la regarde, encore subjugués par la décoration "Mia... c'es vraiment magnifique. Ca va être parfait." elle me sert dans ses bras et on fait un dernier tour de la maison pour être sur que tout est en orde. Les invités arrivent à 21h. Tout le monde est arrivé presque d'un coup, je n'ai même pas eu le temps de voir si Harry était parmi eux. Je le cherche du regard dans toute la salle mais il y a trop de monde alors je décide d'aller voir sur la piste de danse. La musique est forte, il fait chaud. J'essaye de me frayer un chemin entre tout les invités. Ils sont tous collés les uns aux autres. Je regarde les masques de tout le monde, j'essaye de trouver Harry au milieu de tout ses gens mais rien, je ne le vois pas. Je commence à désespérer, j'ai envie de lui envoyer un message et lui demande où il est pour pouvoir enfin être avec lui mais je perdrai. C'est le premier qui trouve l'autre qui gagne. On ne gagne rien, mais c'est juste histoire de pimenter la soirée, de casser la routine. Je ne regarde pas vraiment où je marche, j'ai juste envie de quitter cette piste de danse et d'aller prendre l'air. Tout le monde se bousculent, d'ailleurs je fonce dans quelqu'un sans faire attention. Je me retourne pour voir qui c'est et je me retrouve collé à la personne après que quelqu'un m'ai bousculé violement. C'est une fille. Elle a des longs cheveux bruns ondulés. Je la regarde longuement, elle ne dit rien et fait de même. A cause de son masque je ne peux voir que ses yeux marrons. Sa me suffit pour reconnaître la personne qui se tient devant moi. Kat. Ses yeux, je pourrais les reconnaître entre milles. On restent à se regarder plusieurs minutes, comme si personnes n'existaient, comme si les gens autour de nous n'existaient pas, comme si la musique trop forte qui nous entouraient n'existait pas, juste ses yeux dans les miens. Presques chaque parcelles de mon corps touchent le sien. On est compressées par la foule mais je m'en fiche, je voudrais que ça dure des heures. Tout à coup quelqu'un attrape ma main et me tire en arrière. Je pousse un cri de protestation étouffé par la musique et la personne pose sa main sur ma bouche. Je me débat puis je me rend compte que c'est Harry. "J'ai gagné." il me souri et m'embrasse. Je me retourne vers Kat mais elle est en train de partir la tête baissé. J'essaye de la rattrapée mais Harry m'a attrapé par la taille pour que l'on danse un slow alors j'abandonne. La musique s'est adoucie et a arrêtée de bourdonner dans mes oreilles. Mais je suis ailleurs, complètement. Je regarde autour de moi, je cherche Kat partout mais je ne la trouve pas. Est ce que j'ai rêvé ? Possible. C'était tellement étrange, on était comme dans un autre monde. Ce monde dans lequel j'étais transporté à chaque fois que j'étais avec elle. Cette bulle qui nous entourée à chaque fois qu'elle était avec moi. Je suis sur que c'était elle, je n'ai pas rêvé. La musique s'arrête d'un coup. Tout le monde se tourne vers les escaliers et explose de rire alors je vais voir ce qu'il se passe et j'entraîne Harry avec moi. Je peux apercevoir quelqu'un par terre mais je ne vois pas bien alors je pousse tout le monde. Quand je vois qui c'est je ne peux m'empêcher de lâcher violement la main d'Harry. Kat est par terre, entouré de tout le monde. Ils la regarde comme si elle était une moins que rien. Une fille debout devant elle rit et quelques personnes prennent des vidéos de Kat alors qu'elle est encore par terre. Comment on peut faire ça ? Pourquoi personne ne fait rien ?! Pourquoi personne ne l'aide ?! J'ai envie de tous les poussés par terre à leur tour et leur crier des insultes. Je me jette presque sur Kat. Je lui tend la main et elle l'attrape pour se relever. Elle plonge ses yeux dans les miens et je peux presque y voir un merci. Ses yeux sont voilés par les larmes qu'elle essaye de contenir et ça me brise le coeur. Pire, ça me le déchire. Je ne supporte pas de la voir pleurer, ça me fait trop mal et je suis impuissante. J'ai envie de la prendre dans mes bras maintenant, de l'embrasser, de lui dire que ce n'est rien et que ce sont des idiots mais je ne peux pas. Elle regarde autour d'elle puis elle part en courant et je reste là, au milieu de la foule. Et j'explose. "NAN MAIS CA VA PAS ?!" tout le monde me regarde comme si j'étais folle, mais c'est eux qui sont fou. Ce sont des idiots. La fille qui a fait tomber Kat pose sa main sur mon épaule "Ca va détend toi, c'était pour rire." elle sourit et voyant que je ne lui rend pas son sourire elle arrête. Je prend sa main et la repousse de mon épaule en faisant une grimace pour lui montrer qu'elle me dégoûte. Ce qui la vexe d'ailleurs, mais je me fou littéralement de cette fille ou de ce qu'elle éprouve à cet instant précis. "Oh, excuse moi. C'était pour rire. Ca change tout evidemment." elle me regarde mais n'ose pas répondre alors je continue, "Tu es vraiment une idiote. Vous tous d'ailleurs, vous êtes horribles. J'ai honte pour vous tous. Comment vous pouvez trouver ça drôle franchement ? Vous avez quel âge ? HEIN ? Vous me dégoutés tous autant que vous êtes." Tout les yeux sont rivés sur moi. Le silence est totale. Je suis debout, les points serrés, j'essaye de contenir ma colère parce que je sais que je vais certainement le regretter si je la laisse sortir. Personne ne réagit et là ça devient gênant. L'adrénaline retombe et je me sens bête, au milieu de tous ses gens, à leur faire la morale alors que je sais que ça ne sert à rien car ce sont tous des imbéciles. Peu d'entre eux son assez mature pour prendre en compte ce que je viens de dire. Ils vont se sentir coupable dix minutes, une heure pour les plus intelligents, et ce sera tout. Ils recommenceront et oublierons le mal qu'ils peuvent faire aux autres. Mia intervient enfin. "Allez tout le monde, dégagez maintenant, je ne veux pas de personnes comme vous chez moi, surtout toi." elle lance un regard froid à l'autre blonde qui a fait tribucher Kat et je crois que ça suffit pour la faire déguerpir. Les gens partent les uns après les autres en chuchotant ou en riant. Mia passe sa main autour de mon épaule. "Merci Mia." "De rien, c'est normal." elle embrasse ma joue et me laisse pour aller virer les quelques personnes qui restent. Harry arrive derrière moi et m'attrape par la taille pour m'obliger à me tourner vers lui, il pose ses mains sur mes joues, "C'est bien ce que tu as fais pour cette fille Cara, tu as vraiment été coura-" "C'était Kat." Je vois son visage se crisper, "Oh..." il embrasse mes lèvres, comme pour me réconforter et passer à autre chose. "Je te ramène ?" Il me sourit et je hoche la tête. Je vais dire au revoir à Mia et rejoint Harry dans la voiture. Le début du trajet se passe en silence, et ça m'arrange, jusqu'à ce que Harry décide de le briser. "Tu étais superbe ce soir tu sais ?" je tente un sourire forcé, "Merci." "Qu'est ce qu'il y a Cara ?" "C'est Kat... Ca m'embête qu'elle soit rentrer seule et-" "Arrête de te prendre la tête avec elle Cara, elle ne te mérite pas." Je le regarde et je ne sais pas ce qui me retient de lui en mettre une, peut être le fait que ce soit lui qui conduit. "Tu te fiches de moi ou quoi ? Tu as vu aussi bien que moi ce qu'il s'était passé non ?" "Oui mais-" "Alors pourquoi tu me dis ça ?!" "Chérie t'énerve pas... Mais tu l'as vu ? Elle n'est pas capable de se défendre seule, elle ne mérite pas quelqu'un comme toi. Je suis sure qu'elle ne t'aurais pas défendu à ta place." J'arrive pas à croire qu'il puisse me dire un truc pareil. Il ne sait rien, bien sure qu'elle m'aurait défendu. Et de toute façon je devais le faire, je ne pouvais pas la laisser comme ça. Mes yeux se voilent et les larmes coulent toutes seules. Je suis énervé, carrément énervé. Ce n'est pas possible, ce n'est pas Harry qui vient de parler. Il ne comprend vraiment rien. "Arrête cette voiture." "Quoi ?" Il me regarde et voit ma main qui presse la poignée de la portière alors il s'arrête sur le bord de la route et je descend en claquant la porte sans même me retourner. Je m'en fiche, je continuerai à pieds jusqu'à chez moi, ce n'est pas très loin de toute façon. Il n'est pas question que je reste une minute de plus avec lui. Je vais le laisser réfléchir à la connerie qu'il vient de dire. Seulement, il ne s'en va pas. Il continu de rouler à côté de moi, la fenêtre ouverte. "Mon amour... Reviens. Tu peux pas rentrer à pieds comme ça, tu vas être malade." je ne dis rien et je ne le regarde pas non plus alors il continu. "Cara s'il te plait, je suis vraiment désolé, je ne sais pas pourquoi j'ai dis ça c'était vraiment débile..." je continu de marcher sans lui adresser un seule regard. C'est mort je ne reviendrai pas. Enfin je dis ça mais je suis incapable de lui en vouloir. Mais cette fois il a vraiment dépasser les bornes, c'est affreux ce qu'il a dit. "J'ai dis ça parce que je vois bien que depuis son retour tu es bizarre... Je ne veux pas que ça change quoi que ce soit entre nous et je ne veux pas que tu te détruise à cause de ça. Je t'aime Cara, je m'inquiète pour toi c'est tout." Je m'arrête et je le regarde, il voit bien que je suis sur le point de craquer, mais je suis toujours aussi énervée. "S'il te plait..." Je vois qu'il s'en veut vraiment alors je cède. De toute façon il fait trop froid et j'ai trop mal au pied pour marcher jusque chez moi. Il s'arrête et je m'assoie dans la voiture. Il approche son visage du miens pour m'embrasser mais je l'arrête en mettant ma main devant son visage. "D'accord j'ai compris, t'es énervée." il soupire et re-démarre la voiture.


~ Chapitre 3 ~


~ B.O.N.U.S ~ 28/04/2015

 

 
Kat :

Je ne sais même pas pourquoi je vais à ce foutu bal masqué. Ah si, parce que d'après ma tante "c'est important de se faire des amis". Mais je ne veux pas d'amis, je n'en ai pas besoin. J'ai réussi à vivre sans à Londres après l'accident alors je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas faire pareil en France. De toute manière il ne me reste plus qu'une année à tirer au lycée et je serais enfin débarrassée de tout ses idiots immatures. Je ne veux vraiment pas y aller, même avec un masque je suis sure qu'ils me reconnaîtront et qu'ils ne pourrons pas s'empêcher d'embêter leur 'souffre douleur préféré'. Sérieusement quoi. Pourquoi c'est tombé sur moi ? C'est écris sur ma tête 'venez gâcher ma vie je suis une merde' ? Je descend du taxi après avoir payé et je reste presque cinq minutes devant la maison de Mia Mendes à me faire bousculer avant de décider d'entrer. Je prend une dernière bouffé d'air avant d'enclencher la poignée de la porte. La musique est trop forte, il fait chaud et tout le monde danse collés les uns aux autres. Je reste deux minutes devant la porte avant que quelqu'un ne me dise de dégager de son passage. Ca commence bien. Je soupire et j'avance difficilement jusqu'à un endroit où il n'y a pas trop de monde. Tout est grand ici, trop grand, trop superficiel. C'est vraiment pas fait pour moi. J'avoue que j'ai bien envie de m'enfuir tout de suite en courant mais j'ai promis à ma tante de faire un effort et d'essayer de me faire des amis. Je commence déjà à réfléchir au nom de mon amie imaginaire. Il faut bien que je rassure ma tante, alors je vais faire comme si la soirée avait été super et que je m'étais fais une amie. Parce que, soyons clair, toutes ses personnes ne sont pas du même monde que moi et sont trop superficielles. J'essaye de me frayer un chemin jusqu'au buffet. Une fois devant j'aperçois une petite brune, assise sur une chaise dans un coin. Elle est seule, elle à l'air gentille et pas vraiment à sa place ici. Quitte à essayer de me faire des amis autant que ce soit des gens comme moi. Au moins j'aurais pas à me creuser la tête pour inventer quelque chose de crédible pour ma tante. J'attrape deux verres de champagne et je m'approche d'elle. Je me stop direct avant de me ridiculiser quand j'aperçois un grand blond lui tendre la main pour l'emmener danser. Ok. Ca fait mal. Je crois vraiment être la seule fille qui n'intéresse personnes ici. Je repose un verre de champagne sur une table et bois l'autre d'un trait. Je m'assoie à la place de la brune et regarde les gens sur la piste de danse. Ils sont tous bourrés -ou presque- et transpirent comme pas possible. Franchement, comment ils peuvent aimer être ici ? J'ai qu'une seule envie c'est rentrer chez moi, m'enfermer dans ma chambre et m'allonger sur mon lit avec mes écouteurs. Ok, ça fait insociable mais, c'est ce que je préfère faire. Ecouter de la musique jusqu'à m'en percer les tympans. Enfin, ça dépend de la musique. Parce que là, tout de suite, c'est une horrible musique électro qui me perce les tympans -si on peut appeler ça de la musique-. Je me lève, décidée à tenter un autre essaie sur la piste de danse. J'attrape un verre de champagne que je bois aussitôt, histoire de me donner du courage. J'avance avec peine au milieu de la foule, je suffoque. Sérieux pourquoi ils sont tous aussi collés ? Je me fais foncer dedans à plusieurs reprises. Tout à coup quelqu'un me bouscule violement et je crois que c'est la fois de trop parce que je me retourne, décidé à l'engueuler. Je tombe nez à nez avec une grande blonde -qui, au passage, a un regard qui pourrait littéralement faire fondre n'importe qui-. Mon coeur rate un battement. Ses yeux ne quittes pas les miens et je pourrait trouver ça gênant mais pas du tout. Au contraire, c'est agréable et apaisant. Elle a quelque chose de différent de tous ses idiots. Nos corps sont collés l'un à l'autre à cause de tous ses gens mais là, tout de suite, j'en est carrément rien à faire. Mes yeux n'arrivent pas à quitter les siens et je me demande ce qu'elle peut bien ressentir. Est ce que je lui fait le même effet ? J'ai envie de l'attraper par la main maintenant et l'emmener loin de tous ses gens. J'ai envie de lui arracher son masque pour voir son visage entièrement. J'ai envie d'entendre le son de sa voix et -Oh, un grand bouclé vient d'attraper sa main et de l'embrasser. Bon. Mon coeur est déchiré. Qu'est ce que je raconte, il est littéralement broyé. C'est à ça que ça ressemble un coup de foudre ? Bah ça fait mal. Je crois que c'est vraiment le moment pour moi de partir avant de me mettre à pleurer. Je me retourne et je cours presque pour atteindre la sortie. Je suis à quelques pas de la porte et je ne fais tellement pas attention à ce que je fais que je ne vois pas la fille juste à côté de moi qui tend son pied pour me faire tomber. Putin. Je crois que je suis jamais tombée aussi violement de ma vie. Je me retrouve à quatre pattes par terre, un peu sonnée. Je n'ose même pas relever la tête parce que je sais que tout le monde me regarde. La musique c'est arrêtée, -à croire que tout était prévu- et j'entends les gens rire. A ce moment précis je n'ai qu'une envie, disparaître sous le sol ou mourir. C'est horrible, j'ai jamais eu aussi honte. Mes genoux me font mal à cause de la chute et je suis comme paralysée. J'essaye de retenir mes larmes parce que je ne veux pas leur donner cette satisfaction. Je devrais me lever et tous les envoyer chier comme il faut mais j'y arrive pas. J'en ai même pas la force. Je ne peux plus continuer comme ça. Tout à coup je vois une ombre s'approcher de moi et je relève la tête. C'est la blonde de tout à l'heure, elle me tend la main. Je l'attrape et je la regarde une dernière fois quelques secondes avant de partir en courant.